Neurosciences : après la théorie, la pratique

Depuis l’an passé, Mme LOPITAUX, professeur de lettres, M. ESSALEMY, professeur de littérature arabe, M. EL BAGHLI professeur de mathématiques et M. JAYNE, professeur d’histoire-géographie ont l’honneur de suivre une formation en neurosciences.

Il s’agit d’un partenariat sur trois ans entre un laboratoire de recherche français, le GRENE, et la MLF-OSUI. L’objectif est, avec deux stages par an, d’initier des enseignants aux dernières découvertes sur le cerveau afin qu’ils puissent mieux comprendre son fonctionnement. Comment l’attention fonctionne t-elle ? Qu’est-ce que la motivation ? Quelles sont les différentes mémoires ? Quel est le rôle des émotions dans les apprentissages ? Quels sont les neuromythes ? Ces idées fausses sur le cerveau que ces 20 dernières années de recherche ont complètement remises en question. Car la recherche avance très vite dans ce domaine.

Mme TOSCANI, directrice du laboratoire, assure la formation. Elle nous permet de profiter à la fois de l’approche d’une neurologue et d’une psychologue car elle a cette double formation en sciences expérimentales et en sciences humaines.

Durant la première année (2017-2018), nous avons été initié à la théorie et nous sommes invités à lire un certain nombre d’ouvrages. Nous avons aussi sélectionné notre thème de mise en pratique afin de dégager une problématique. Nous avons choisi de travailler sur le système attentionnel. Comment notre attention fonctionne t-elle ?

La seconde année (2018-2019) est une mise en pratique de la théorie. Nous avons commencé dans certaines classes à expliquer comment fonctionne l’attention. Et nous avons préparé des pédagogies spécifiques pour tenter d’améliorer la concentration de nos élèves. A l’heure des écrans et du zapping, il nous a semblé important de travailler sur ce sujet car nous constatons que les nouvelles générations ont plus de difficultés à rester concentrées.

L’an prochain, nous espérons améliorer notre mise en pratique en classe après le bilan que nous allons faire lors du stage prévu en juin 2019.

A terme, cette formation continue de 3 ans devrait nous permettre de partager avec nos autres collègues. Mais Mme TOSCANI tient à ce que ce partage ne se fasse qu’au bout de ces 3 ans afin d’éviter de divulguer des neuromythes et autres raccourcis.

Leave a Reply